Algérie: une base de données numérique pour le recensement des terres agricoles

le 11/08/2020

ALGER- Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Cherif Omari a affirmé, mardi à Alger, que son département ministériel s’apprêtait, dans le cadre du programme de la numérisation du secteur, à parachever la base de données numérique pour le recensement des terres agricoles à travers le territoire national, ainsi que plusieurs applications fournissant des données sur les agriculteurs, les éleveurs et le bétail.

“Le projet du programme de numérisation du secteur de l’agriculture et du développement rural est à un stade avancé et ce grâce aux capacités nationales et aux compétences algériennes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays”, a déclaré le ministre devant les membres de la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), lors d’une plénière consacrée au débat de la loi de règlement budgétaire pour l’exercice 2017, présidée par le président de la Commission, Tarek Tridi et en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

Le ministre a précisé que la base de données numérique, en cours de parachèvement, englobe des données sur les terres agricoles, notamment dans les régions du Sud,  ainsi que leur qualité et leurs propriétaires pour une exploitation optimale des richesses nationales, qu’il s’agisse de terres agricoles ou de ressources en eau, et partant atteindre l’objectif de “l’agriculture intelligente».

M.Omari a fait état de la création en cours de plusieurs applications permettant d’assurer des données sur les agriculteurs, les éleveurs et le bétail, et ce en faisant appel aux jeunes universitaires afin d’obtenir des informations détaillées sur les types de bétail, les éleveurs et les agriculteurs.

Concernant le projet de loi de règlement budgétaire 2017, le ministre a rappelé que le secteur de l’agriculture, du développement rural et de la pêche (le secteur de la pêche et de l’aquaculture relevait auparavant du ministère de l’Agriculture), avait bénéficié d’un budget global de 260,99 milliards de DA, dont 2,84 milliards de DA pour l’ex-direction générale de la pêche et de l’aquaculture.

Pour lire l’intégralité de l’entretien : cliquez-ici

Source : APS via le Land Portal