Thèse/mémoire

Insécurité foncière et développement en tension au Vietnam

Quentin Vilsalmon (ADESS / CNRS - Université Bordeaux Montaigne) | 2014 |
Insécurité foncière et développement en tension au Vietnam

Les politiques de développement au Viêt Nam ont considérablement évolué depuis l’ouverture du pays au marché international, à l’image de l’histoire récente des institutions foncières. Le tournant du Doï Moï, en 1986, a jeté les bases de politiques foncières prônant le développement grâce à la libéralisation progressive de l’accès à la terre. Cette libéralisation a d’abord été permise par la décollectivisation des terres (réforme foncière de 1986-1993), puis par l’émergence d’un marché foncier (loi foncière de 1993), et enfin par une ouverture aux marchés internationaux et aux investisseurs industriels (loi foncière de 2003) de l’accès à la terre.

L’hypothèse de cette étude est que les mobilisations toujours plus importantes de foncier pour activer le développement sont génératrices des tensions sociales importantes, elles-mêmes nourries par les conditions d’insécurité foncière actuelle. L’entrée choisie pour l’étude est donc celle des conflits, afin de détailler les revendications adressées par la population au gouvernement. Cette entrée permet de cerner les conditions d’insécurité foncière qui contribuent à augmenter l’intensité des tensions et conflits.

Les zones privilégiées de l’étude ont été centrées autour du delta du Fleuve Rouge, proche de Hanoï au Nord, et du delta du Mékong, proche de Ho-Chi-Minh Ville au Sud. Ces deux régions se retrouvent en mutations rapides et présentent de forts risques de conflictualité dus à la transition entre mode de vie urbain et rural. Hai Duong, également située dans le delta du Fleuve Rouge, a aussi été un terrain de recherche privilégié.

En plus du rapport complet de cette étude “Insécurité foncière et développement en tension”, trois notes sont téléchargeables : “L’insécurité foncière au Vietnam” ; “Typologie des conflits fonciers ruraux” ; “Dynamique des conflits fonciers au Vietnam”.